Charles-François Levent

M&A TMT chez Lazard

Est-ce que tu peux te présenter ?  

J'ai commencé en droit à Assas après mon BAC, où j'ai obtenu une licence avec une spécialisation en droit des affaires et fiscalité en 3ème année. Dès le début de mes études, j’ai eu la chance d’avoir des professeurs de grande qualité notamment en droit civil ou droit des affaires. Ensuite j'ai suivi un Master 1 en droit des affaires et fiscalité (dirigé par Madame Durmont). Ce Master 1 m'a réellement permis de prendre goût au droit des affaires et à la fiscalité, qui étaient les sujets qui m’attiraient lorsque j'ai commencé à Assas. A l'époque j’aspirais à devenir avocat en fiscalité des fusions- acquisitions. Dans le cadre de mon Master 1 donc, j'ai commencé à apprécier de plus en plus le droit des sociétés et à voir le lien qui pouvait exister avec la fiscalité ; j’ai également pu prendre des cours en droit des sociétés cotées, droit des fusions-acquisitions etc. et je me suis naturellement épanoui dans cet univers.

Dans le cadre de cette formation, j’ai effectué des stages qui m'ont aidé à confirmer mes choix dont notamment un stage de 6 mois chez White & Case LLP dans le bureau parisien. Cela m'a réellement permis de voir l'aspect pratique de ce que l’on m’apprenait en cours, notamment en termes de droit des sociétés mais également d’appréhender les aspects tactiques d’une transaction. C’est à cette occasion que j’ai compris qu’il me manquait quelque chose – en effet, dans un cabinet anglo-saxon et dans le métier d’avocats orienté version les fusions-acquisitions, la maitrise des chiffres de manière générale (comment descendre un tableau de flux de trésorerie par exemple ajustement de bridge, etc.) est primordiale ne serait-ce que pour comprendre les ajustements de prix pour n’en citer qu’un. C’est pourquoi j’ai décidé d’aller au bout de mes études de droit et de poursuivre une formation en école de commerce, pour avoir une double « double casquette » : combiner le droit et la finance tout en gardant à l’esprit de devenir avocat d'affaires.

Mais donc comment en es-tu arrivé à t’orienter vers une carrière en banque d’affaires ?

 

Avant d'aller en école de commerce, j'ai fait un Master 2 de droit des affaires à Paris Descartes où la plupart de mes enseignants étaient avocats d'affaires au sein du Cabinet Bredin Prat. C'est là que j'ai eu l'idée de m’orienter vers les fusions-acquisitions et plus particulièrement vers la fiscalité – la qualité des intervenants et mes échanges quotidiens avec ces derniers m’ont naturellement conduit vers la finance. C’est dans ce cadre que j'ai réalisé un stage chez Degroof Petercam, boutique spécialisée en mid-market : c'était ma première expérience en banque d'affaires et c'est là que j'ai vraiment vu les liens qu'il pouvait y avoir entre les aspects juridiques et les aspects financiers dans les process de fusions-acquisitions. En amont, il y a tous les aspects de structuration de la transaction et au fur et à mesure, on avance avec les accords de confidentialité (NDAs), le pacte d'actionnaires, le SPA (« Share Purchase Agreement »), etc. Ce lien étroit entre le droit et la finance m’a beaucoup plu.

Par conséquent, j’ai choisi d’intégrer, pour compléter ma formation, le Mastère spécialisé « Droit et Management International » de l'ESCP qui s’apparente plus à un Mastère Droit et Finance (plutôt que le Mastère spécialisé Finance où j’étais également admis). Les cours étaient pour moitié en droit et pour moitié en finance. Au cours de cette année-là, j'ai rencontré un professeur qui m'a fait littéralement « tomber amoureux » de la finance : Philippe Thomas, qui est par ailleurs directeur du Mastère spécialisé finance. Je considère qu’il m'a un peu pris sous son aile - j'ai écrit un article pour lui dans la revue Banque et Finance sur les High Yield Bonds, dette cotée, très utilisée aux Etats-Unis dans le secteur pétrolier d'ailleurs. C'est là que mon goût pour la finance est réellement né et que j’ai compris que je voulais commencer ma carrière professionnelle dans l’environnement financier des fusions-acquisitions et non juridique.

Pour valoriser mon cursus en droit par rapport aux cursus classiques d’écoles de commerce (prépa, etc.), après mon stage chez Degroof Petercam et cette année à l'ESCP, j'ai décidé d'aller à UC Hastings College of the Law à San Francisco pour effectuer un LL.M qui permet aux étudiants étrangers de passer le barreau. Je suis revenu vers le droit car je voulais avoir une vision anglo- saxonne des fusions-acquisitions. Ce qui est très intéressant aux Etats-Unis c'est qu'ils donnent cette double compétence en finance et en droit. Cela m'a beaucoup intéressé et afin de donner une orientation très financière à cette année, j’ai également pu assister en auditeur libre à des cours de Corporate finance et fusions-acquisitions à UC Berkeley. C'est là que j'ai affirmé une nouvelle fois mon intérêt pour la finance. Lorsque j’étais à San Francisco, et dans le cadre de ma formation, j’ai pu rencontrer des professionnels dans le secteur des fusions-acquisitions et pas seulement des avocats – j’ai eu par exemple la chance de rencontrer un des membres de l’équipe M&A de Facebook ou encore des Business Angels et investisseurs de fonds de la Valley. C’est dans cette même dynamique que j'ai postulé chez Lazard au sein de l’équipe TelecomTech, dont j’avais beaucoup entendu parler.

Penses-tu que ton parcours juridique à Assas est un point fort pour faire de la banque d’affaires ?

Oui sans aucun doute – on peut considérer que j’apporte un œil différent : le droit fait partie inhérente du métier même si au jour le jour, ce n’est pas la majeure partie de mon travail – discuter de la structuration d’une transaction, des différents accords à négocier entre les parties, etc., il n’y a pas de finance à proprement parler là-dedans. Evidemment, notre travail ne consiste pas à donner un conseil juridique aux clients, ce qui est le travail des avocats mais donner un point de vue, suggérer des idées est essentiel pour apporter une expertise complète tout au long d’une transaction. Les deux disciplines se font écho dans le sens où la finance est parfois le reflet mathématique du droit ou qu’une mécanique financière recherchée dans le cadre d’une transaction peut être reflétée juridiquement dans un contrat. Je dirais que les cours dispensés à Assas qui me servent aujourd’hui sont surtout les cours de droit des sociétés, fiscalité des entreprises, droit des sociétés cotées.

En quoi tes cours à Assas ont été utiles ?

Mes cours à Assas ont été très utiles dans le sens où j’ai pu voir leurs applications pratiques dans mon quotidien en banque d’affaire : revue d’accord de confidentialité (NDA), Legal Due Diligence et même lors de l’élaboration / tactique sur un contrat d'achat/cession (SPA) ou un pacte d’actionnaires (SHA). C’est également le cas en ce qui concerne la structuration des transactions comme un apport de branche complète d’activité avec les notions d’autonomie complète pour des considérations fiscales. J’ai pu constater depuis mon premier jour en tant que stagiaire, il y a un peu plus de deux ans, que droit et finance se complètent et ne font parfois qu’un.

Aurais-tu des conseils pour les étudiants en droit qui comme toi seraient attirés par des carrières en banque d'affaires ?

Il n’y a pas de parcours parfait – il faut juste être conscient qu’un étudiant en droit, dans le cadre de la recherche d’un stage, se retrouve face à des étudiants d’école de commerce / ingénieurs qui sont « conditionnés » pour les entretiens en banque. Ce n’est toutefois pas un handicap car au-delà du fait d’être à l’aise sur les réponses théoriques (ce qui est nécessaire bien entendu), le fait d’avoir un profil atypique et de pouvoir apporter des connaissances additionnelles est incontestablement un plus. Mes expériences et mes études juridiques ont permis d’avoir un scope plus large du « M&A » et pas uniquement restreint aux notions financières.

Interview faite le 12 juillet 2019

122 Rue de Vaugirard, 75 006 Paris 

Université Panthéon-Assas

contact.assasfinance@gmail.com

FIND US ONLINE 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now