Édition 2017-2018

Mai 2018

Fin du libre-échange aux USA ?  -  Les difficultés économiques argentines  -  Hermes intègre le CAC 40  -  Un nouveau gouvernement en Italie  -  La politique en Espagne  -  Nouvelle direction chez Iliad (Free) et dégringolade en bourse  -  Pas de prison pour Cahuzac ?

Thomas reynaud, nouveau DG d'Iliad

Citation du mois : « C'est aux entreprises de la Silicon Valley d'avoir peur, pas à nous ! » : Xavier Niel, vice-président d’Iliad, copropriétaire du groupe Le Monde et homme d’affaire, au sujet de l’entreprenariat français

Trump : retour au protectionnisme

Retrait de l’Alena, taxation de l’acier et de l’aluminium… C’est une toute autre facette de l’Amérique, figure du libéralisme et du libre-échange, que dévoilent les annonces récentes de Donald Trump.

« Nous perdons beaucoup d’argent avec le Canada et nous perdons une fortune avec le Mexique », a défendu le Président américain, vendredi 1er juin, sur la pelouse de la Maison Blanche.

Mais qu’en est-il réellement ? Les Etats-Unis sont commercialement excédentaires vis-à-vis du Canada de 2 milliards de dollars (l’excédent dû aux services exportés compensant largement le déficit sur les marchandises), tandis que le déficit de 70 milliards face au Mexique est loin d’égaler les 100 milliards avancés par Donald Trump. Pour l’heure, l’administration américaine se montre favorable à la négociation d’accords commerciaux bilatéraux avec ces deux pays.
De plus, en réponse à la mise en place par les Etats-Unis de taxes douanières sur l’acier et l’aluminium, la Commission Européenne a annoncé mercredi 6 juin que des droits de douanes seraient mis en place sur certains produits américains dès le mois de juillet. Cette réponse « mesurée et proportionnée » s’inscrit dans les règles définies par l’OMC, autorisant des représailles dans la limite des dommages causés par le comportement protectionniste d’un pays allié.

Argentine : la peur de revivre 2001

Le 8 juin le Fonds Monétaire International (FMI) a accordé un prêt de 50 milliards de dollars à l’Argentine. Un mois plus tôt, le gouvernement argentin avait en effet demandé à l’institution un plan d’aide préventif afin d’éviter une crise semblable à celle connue par le pays en 2001 et qui reste aujourd’hui encore un traumatisme pour la population.

Ce plan intervient suite aux difficultés rencontrées par le pays sur les marchés financiers. La hausse du dollar et des bons du Trésor américain a créé des tensions sur les devises émergentes et particulièrement sur le peso, monnaie nationale argentine.

La Banque Centrale de la République d’Argentine (BCRA) a donc dans un premier temps rehaussé son taux directeur à trois reprises, le portant à 40%, soit le plus haut taux mondial actuellement. Cette hausse s’est cependant avérée insuffisante pour rassurer les marchés. En effet, depuis le début de l’année, le peso a perdu près de 20% par rapport au dollar. De plus, depuis l’arrivée au pouvoir du Président libéral Mauricio Macri en décembre 2015, la dette du pays a augmenté et l’inflation est proche de 25% depuis le début de l’année. En décembre 2017, le gouvernement a assoupli son objectif d’inflation pour 2018 de 12% à 15%, diminuant ainsi la confiance des investisseurs. A travers ce plan, l’Argentine prévoit également de réduire son déficit à 1,3% du PIB.

Cette aide reste néanmoins contestée par une partie de la population argentine qui tient le FMI pour responsable de la crise de 2001 car les prêts de l’institution n’avaient pas permis d’éviter la crise économique qui avait plongé de nombreux argentins dans la pauvreté.

Hermes intègre le CAC 40

Tout va pour le mieux pour le troisième groupe de luxe français Hermès. En effet, son titre a progressé de plus de 30% en 3 mois jusqu’à représenter une valorisation de 60 milliards d’euros jeudi 7 Juin. Ceci lui permettra d’intégrer très prochainement le CAC 40.

Tout comme LVMH et Kering, Hermès bénéficie de la croissance significative du secteur du luxe, soutenu notamment par la reprise du tourisme en France en 2017 et 2018 et la très bonne dynamique d’achat de produits haut de gamme par les consommateurs chinois.

Néanmoins, avec une capitalisation de 60 milliards d’euros, Hermès est au coude-à-coude avec Kering dont la capitalisation est de 62 milliards d’euros.

Or, Kering a réalisé un chiffre d’affaires trois fois plus élevé que Hermès (15 Mds en 2017 contre 5 Mds pour Hermès), un résultat net supérieur de 50% par rapport à celui de ce dernier (1,8 milliards contre 1,2 milliards). En outre, le groupe verse un rendement plus de deux fois plus élevé (2% contre 0,8%).

Comment expliquer que ces deux entreprises soient au coude-à-coude en termes de valorisations alors qu’elles n’ont pas les mêmes performances ?

Selon les analystes, le prix de Hermès traduit d’une part, la solidité du groupe dans les périodes difficiles ayant touché le secteur du luxe et d’autre part, sa capacité constante à se renouveler et se réinventer, tout en conservant un savoir-faire et une qualité des produits intacts.

Il s’agit donc d’une valeur attrayante, compte tenu de ses performances commerciales et financières supérieures à celles de ses concurrents depuis maintenant plusieurs années.

Le nouveau gouvernement en Italie

Le mois de mai a sans doute été l’un des plus marquants dans l’histoire de la politique Italienne. Trois mois après les élections législatives, le nouveau gouvernement de coalition a enfin été formé. Dirigé par Giuseppe Conte, ce cabinet est selon certains analystes politiques un parfait exemple de gouvernement de « cohabitation » entre des politiques « populistes » et des cadres « technocrates ».

Même si l’union des deux partis formant la majorité (Le mouvement 5 étoiles et la Ligue du Nord) est considérée comme antisystème et eurosceptique, la politique que souhaite entreprendre le nouveau gouvernement n’est pas encore clairement définie. Des doutes d‘une éventuelle remise en cause des traités européens et du pacte de stabilité sont amplifiées par la nomination d’un eurosceptique Paolo Savona à un poste de ministre des affaires européennes.

En même temps, le ministre de l’Economie - Giovanni Tria a annoncé ce dimanche que le nouveau gouvernement Italien n’avait aucune intention de quitter la zone euro. De plus, il a indiqué que l’objectif serait de réduire le niveau de l’endettement.

Des propositions du nouveau gouvernement telles que l’arrêt de la réforme des retraites, la diminution des impôts et l’augmentation des dépenses sociaux ont aggravé les inquiétudes des investisseurs, ce qui les a conduits à vendre des titres d’Etat Italien. Giovanni Tria a voulu rassurer les marchés financiers en précisant que la croissance économique allait être impulsée par l’investissement et la réforme des institutions et non pas par les dépenses qui aggraveraient le déficit budgétaire.

La politique en Espagne

Il aura fallu 10 jours pour que Mariano Rajoy, ex-chef du gouvernement espagnol, passe d’une victoire politique, en faisant voter la loi budgétaire de 2018, à une défaite historique le condamnant à céder son poste au socialiste Pedro Sanchez.

Le vote par 180 députés de la motion de censure contre le gouvernement a pour origine la condamnation du plus vaste réseau de corruption de l’histoire de l’Espagne par l’Audience Nationale à l’égard du Parti Populaire de Mariano Rajoy.

Le secrétaire général du PSOE, Pedro Sanchez, et son gouvernement pro-européen doivent, dès à présent, faire face à leurs responsabilités et diriger le pays avec le soutien de seulement 84 députés, les contraignant à considérer les intérêts de Podemos, des indépendantistes catalans ou encore des nationalistes basques.

Les interrogations quant à la capacité du gouvernement le plus minoritaire de l’histoire de la démocratie d’obtenir des résultats économiques rassurants sont d’autant plus nombreuses sachant que l’Espagne dispose encore du second taux de chômage le plus élevé au niveau européen.

Après la nomination d’un gouvernement italien populiste, l’engrenage probable dans une nouvelle guerre commerciale avec les Etats-Unis, ce nouveau rebondissement confirme un horizon bien ombragé pour l’Union Européenne.

Les entreprises du S&P 500 pourraient racheter pour plus de 800 milliards de dollars d’actions en 2018, un record  -  Les députés pro-Brexit conservateurs menacent de lâcher May  -  Cahuzac devrait échapper à la prison  -  La Commission Européenne propose de réduire le budget de la PAC de 5%, la France refuse  -  La bourse de Paris a effacé les pertes de début d’année  -  La Commonwealth Bank, plus grosse capitalisation australienne, égare les données de près de 20 millions de clients  -  Nestlé va commercialiser certains produits Starbucks  -  Canal+ s’allie à Apple pour ses décodeurs  -  Free change de direction et dégringole en bourse  -  La Bourse de Paris retrouve ses plus hauts niveaux de fin 2007  -  Les taux américains au plus haut depuis sept ans  -  Le court du pétrole franchit les 80$  -  Le mariage princier pourrait rapporter plus d’un milliard à la grande-bretagne

122 Rue de Vaugirard, 75 006 Paris 

Université Panthéon-Assas

contact.assasfinance@gmail.com

FIND US ONLINE 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône