Édition 2017-2018

OCTOBRE 2017

La réduction considérable du Quantitative easing de la BCE  -  La taxe annulée par l'Europe qui va coûter 10 milliards à la France  -  Donald Trump continue de réformer  -  Point d'interrogation au-dessus du siège de président de la Fed  -  La conférence à ne pas rater  -  Le mois de tous les records en bourse

- 16 hausses d'affilé !

La BCE réduit son programme de QE

S’il n’a toujours pas annoncé de date de fin pour le programme de quantitative easing (programme de rachat en masse de dettes d’États et d’entreprises) de la BCE, Mario Draghi a (enfin) officiellement annoncé une réduction importante de la quantité de rachats d’actifs prévus à partir de 2018. En effet, après avoir déjà fait passer le montant du QE de 80 milliards par mois à 60 milliards en décembre 2016, « super Mario » a annoncé ce mois-ci qu’il allait encore réduire de moitié cette somme (30 millions par mois) en soulignant qu’ « un recalibrage était nécessaire » afin de réduire le risque d’instabilité financière que le programme génère, les marchés européens culminant à des niveaux jamais atteints auparavant.

Cependant, l’annonce d’une fin du programme de la BCE (ou « tapering ») semble encore lointaine puisque le président de la BCE a tout de même précisé que « L’inflation et la croissance sont encore très dépendantes de notre soutien monétaire ».

Trump réfléchit à l'après Yellen

Le mandat de Janet Yellen arrivant à échéance au mois de février 2018, Trump revoit activement les candidats pour la présidence du Conseil des gouverneurs de la Réserve fédérale des Etats-Unis.

Malgré les critiques adressées à l’actuelle dirigeante de la FED par le président américain lors de la campagne présidentielle, sa reconduction reste une possibilité et serait signe du “choix de la continuité” voulue par l’administration Trump.

Parmi les autres candidats, on retrouve un des gouverneurs de la FED - Jerome Powell, mais aussi John Taylor qui est professeur d’économie à l’Université de Stanford. Lors de la réunion avec les représentants des Républicains au Sénat, Trump a organisé un vote à main levée : le résultat de ce scrutin informel serait une victoire de Taylor selon le sénateur de la Caroline du Sud - Tim Scott.

Le choix du président américain aura sans doute un effet non-négligeable sur les marchés à l’échelle mondiale. Trump prendra la décision avant son départ en Asie le 3 Novembre.

La suppression de la taxe qui va coûter 10 milliards d'euros à l'État français 

Le 6 octobre, le Conseil Constitutionnel a invalidé la taxe à 3% sur les grandes entreprises mise en place il y a 5 ans, contraignant ainsi l’État français au remboursement. Pour rappel, cette taxe mise en place par le gouvernement Ayrault courant 2012 consistait à ponctionner 3% des dividendes versés par certaines grandes entreprises à leurs actionnaires. Le caractère injuste de cette taxe lui a valu son annulation par le Conseil. Ainsi, l’État va rembourser aux entreprises les sommes prélevées pendant ces 5 ans : quelques 10 milliards d’euros.

Le gouvernement finalise actuellement les moyens à mettre en place pour effectuer le remboursement en élaborant une taxe exceptionnelle sur le bénéfice des entreprises, ce qui fait monter au créneau quelques grandes firmes puisque certaines d’entre elles paieront plus de surtaxe qu’elle ne recevront de remboursement de l’État.

Cela ne modifiera pas le déficit public de la France en 2017 qui reste prévu à 2,9% puisque la taxe sur les bénéfices de 2017 représentera environ ce que l’État devra rembourser d’ici la fin de l’année, mais le déficit de 2018 pourrait cependant être impacté puisque l’on ne sait pas encore comment l’INSEE et Eurostat vont comptabiliser ces remboursements dans les comptes publics.

Trump va réformer la fiscalité

La réforme de Trump se concentre sur deux principaux piliers : l’augmentation de la tranche de revenu non imposable (passant à 24 000 USD) et une forte diminution de l’impôt sur les sociétés. Ce dernier est le plus important pour les entreprises américaines, même si la fiscalité concernant le capital (par exemple les dividendes) ne devrait pas changer sous cette réforme.

Ce projet de réforme a reçu de nombreuses critiques même s’il continue à être défendu par la Maison Blanche : pour l’administration de Trump, la baisse de la “Corporate tax” sera créatrice d’emplois et renforcera la hausse du PIB estimée à 3-5% sur le long terme par les conseillers économiques du président.

Cela ne rassure pas les critiques : pour certains, le nouveau code fiscal serait synonyme du creusement des déficits publics et pour d’autres il s’agirait “d’un cadeau” pour la population la plus aisée. Les marchés financiers américains restent pessimistes et n’attendent pas une réforme majeure pour la fiscalité. En outre, certains analystes prédisent l’augmentation du prix de l’or et de l’argent engendrée par une éventuelle augmentation de l’endettement après la réforme.

En savoir plus : Etats-Unis : le Congrès veut boucler la réforme fiscale en un mois

La chronique de Joseph Stiglitz (prix Nobel 2001 et professeur à Columbia) : La désolante réforme fiscale de Donald Trump

L'événement du mois de Novembre !

Le 15 Novembre 2017 – Événement Assas Finance : « Quelles perspectives futures pour les fusions-acquisitions ? »

ESSEC Transaction et Assas Finance organisent une nouvelle conférence le mercredi 15 Novembre, pour débattre des « Perspectives futures pour les fusions-acquisitions ».

Ils auront le plaisir de recevoir :

-Mr Grégoire Revenu, ancien étudiant du Magistère Banque-Finance de l’Université Paris 2 et co-fondateur de la banque d’affaire Bryan & Co.

-Mr Jean-Christophe Quiniou, managing director chez Rothschild & Co.

-Mr François Prioux, managing director chez DC Advisor

Au programme : une discussion éclairée sur l’avenir de la M&A, suivie d’un cocktail autour duquel étudiants et professionnels du secteur pourront échanger librement. Etudiant en droit, économie ou finance, intéressé par la « fusac » et désireux de faire un stage dans ce domaine, ou simplement curieux ? Assas Finance te convie le mercredi 15 Novembre à 19h30 dans l’amphithéâtre 4 au Centre Panthéon Assas (12 Place du Panthéon – 75005 Paris).

      Le CAC40 dépasse les 5500 points, une première depuis le crash de 2008. Le CAC reste tout de même loin de son record historique (6944,77) mais un quart de ses valeurs sont déjà à leur plus haut historique   -   Les 3 principaux indices américains (Dow Jones, Nasdaq, S&P500) continuent d'enchainer records après records   -   Le DAX (principal indice allemand) a dépassé pour la première fois le seuil des 13000 points   -   Le Nikkei a aligné 16 hausses d'affilée (un record absolu) et se hisse en fin de mois au delà des 22000 points

122 Rue de Vaugirard, 75 006 Paris 

Université Panthéon-Assas

contact.assasfinance@gmail.com

FIND US ONLINE 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône