Résumé de la conférence

 

La Fusion-Acquisition, la Fusac ou encore le M&A ( Mergers and Acquisitions en anglais ) désignent le pan de la finance s’attardant sur les opérations de rachat et/ou de fusions entre différentes sociétés.

Victime de son succès, le marché du M&A est en proie à de futurs bouleversements qui vont modifier son fonctionnement, ses acteurs et ses métiers.

La conférence « Perspectives futures pour les fusions-acquisitions » avait donc pour but d’apporter un début de réponse à ces nombreuses interrogations à travers le regard d’acteurs directs du M&A d’aujourd’hui.

 

Les trois intervenants, Jean-Christophe Quiniou (Transaction R - Rothschild), Grégoire Revenu (Bryan Garnier) et François Prioux (DC Advisory) représentent, dans une certaine mesure, les principaux acteurs intervenant sur le marché de la Fusac aujourd’hui.

Transaction R est une société de conseil en M&A à modèle hybride entre les « boutiques » (sociétés de conseil en M&A indépendantes caractérisées par une petite taille, une flexibilité plus forte et une capacité à offrir une offre « sur-mesure ») et les grandes banques d’affaires, étant donné qu’elle est détenue par Rothschild. Elle est active sur des segments assez larges du M&A, de l’environnement à l’ingénierie en passant par les collectivités.

Bryan Garnier représente quant à elle les boutiques indépendantes et spécialisées dans certains secteurs tout en réalisant des activités assez variées, du trading à des levées de fonds.

Enfin, DC Advisory représente les banques d’affaires présentes sur le marché et disposant d’une envergure internationale. Elle est principalement active sur le marché des télécoms, des médias et des technologies.

Le marché peut ainsi grossièrement être divisé entre les banques d’affaires généralistes et internationales et les boutiques implantées localement et davantage spécialisées.

 

Quelles tendances aujourd’hui?

 

Actuellement le marché fait face à plusieurs tendances de fond.

Premièrement, la naissance et l’essor des boutiques suite à l’apparition du marché du Mid Cap, c’est-à-dire des transactions comprises entre 50 et 500 millions d’euros, a permis de développer une offre plus structurée et professionnelle mais a également rendu le marché hautement concurrentiel.

Cette tension concurrentielle a contribué au développement d’une seconde tendance : la segmentation du marché limitant ainsi les opportunités de réaliser des opérations de M&A « Cross Border » c’est-à-dire avec la possibilité pour des boutiques d’intervenir sur d’autres secteurs.

De plus, l’environnement du M&A est en perpétuelle évolution. Preuve s’il en est, le domaine des technologies a pendant longtemps fait partie des cinq secteurs qui intéressaient peu les investisseurs alors qu’aujourd’hui les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) pèsent, en termes de capitalisation boursière, plus que le PIB de la France.

Enfin, le marché reste dominé par de grandes institutions même si les boutiques indépendantes parviennent à se frayer un chemin gagnant ainsi des parts de marchés.

 

Quel futur envisageable ?

 

Mais alors, comment ces tendances peuvent-elles modifier les opérations de M&A à moyen terme à l’heure où la révolution numérique et digitale est source de nombreuses incertitudes ?

De l’effet Tinder à l’ubérisation du fundraising (levée de fonds), la révolution numérique va ouvrir de nouvelles possibilités au M&A en permettant de faire matcher des entreprises susceptibles de fusionner ou de se racheter ainsi qu’en facilitant les levées de fonds.

Ce développement a des conséquences sur la question des emplois et deux profils distincts sont amenés à cohabiter en M&A. D’une part les ingénieurs agissant sur la création d’algorithmes afin d’optimiser les fusions et acquisitions et d’autre part les psychologues intervenant durant le processus de négociation entre les parties, l’échange humain devant rester, sans nul doute, un paramètre indispensable au M&A.

Enfin, le M&A devra faire face à l’évolution règlementaire, au développement de nouveaux secteurs et à un essor croissant des boutiques.

 

Une nouvelle fois, Assas Finance tient à remercier chaleureusement nos trois conférenciers Jean-Christophe Quiniou, Grégoire Revenu et François Prioux, ainsi que notre modérateur, Stoyan Kostadinov, pour avoir répondu présents à notre invitation et nous avoir consacré de leur temps.

Reportage du CNA 

122 Rue de Vaugirard, 75 006 Paris 

Université Panthéon-Assas

contact.assasfinance@gmail.com

FIND US ONLINE 

  • Facebook Social Icon
  • LinkedIn Social Icône